.

.

Me faisant régulièrement voler mes articles par des sites indélicats qui ne font aucune référence à mon blog, j'ai décidé d'indiquer dans chaque article et sur chaque document le nom de mon blog.

Regrettant cet affichage assez disgracieux mais malheureusement nécessaire...


samedi 16 décembre 2017

AIA BORDEAUX




Aujourd'hui, une belle EMA de l'Atelier Industriel de l'Aéronautique de Bordeaux envoyée par Franck.


Ci-dessus, EMA datée du 06/11/2017 en provenance de l'AIA de Bordeaux. L'affranchissement a été effectué à la plate-forme de courrier PPDC de Carbon Blanc (33560) et l'empreinte rappelle l'appartenance de l'AIA au SIAé ( Service Industriel de l'Aéronautique ).


L'AIA a été créé le 19 mars 1934 comme ARRMA ( Atelier Régional de Réparation du Matériel Aérien ) à une époque ou les réparations d'avions se faisaient soit dans les parcs aériens, soit chez les constructeurs d'avions.
L'ARRMA deviendra ARAA en 1939 puis AIA ( Atelier Industriel de l'Air ) en 1942 et enfin AIA ( Atelier Industriel de l'Aéronautique ) en 1948.


Spécialisé aujourd'hui dans la réparation de moteurs et réacteurs d'avions militaires ou non, l'AIA est actuellement le 1er site industriel de Bordeaux rassemblant près de 1000 personnes sur une surface de 17 hectares dont 40 000 mètres carrés d'ateliers.
Encore merci Franck pour cette EMA que je ne connaissais pas.

vendredi 8 décembre 2017

MEKNES 1959



Je reprends aujourd'hui un ancien article sur la BA 708 présenté en 2010 de façon assez rapide et que je préfère re-présenter avec quelques documents plus conséquents...


Ci-dessus, enveloppe affranchie à Meknès Ville Nouvelle le 6/7/1959 portant la cachet BASE AERIENNE 708 MEKNES.
De par sa position centrale au Maroc, la ville de Meknès a été très tôt concernée par l'aviation puisqu'un terrain d'aviation y a été créé dès 1912.
Utilisé par l'aviation militaire dès 1917, ce terrain deviendra une des principales bases aériennes d'Afrique du Nord dans les années 1920/1930.


Après la libération de l'Afrique du nord et la reprise des combats contre l'Allemagne, Meknès accueillera le 10 janvier 1944 le CIC ( Centre d'Instruction à la Chasse ) puis, suite à l'arrivée de matériels Américains, le CPC ( Centre de Perfectionnement à la Chasse ) sera créé en février 1945.


Ci-dessus, contemporaine de l'enveloppe puisque prise en 1958, une belle photo du T-33 51.4286 F-TEVX porteur de l'insigne de l'école de chasse.
Le CIC et le CPC fusionneront pour donner naissance à l'Ecole de Chasse et la Base Ecole 708 sera officiellement créée en janvier 1947.


Ci-dessus, toujours en 1958, un bel alignement de T-33 avec, au premier plan, le 51.6868 F-TEWB.
Equipée d'une pléthore de types d'avions différents, la BE 708 ou BA 708 verra arriver ses 1ers avions à réaction en 1951 avec, tout d'abord les T-33 ( re-dirigés sur Rabat Salé pendant 2 ans pour cause de piste trop courte ! ) suivis en 1953 par les DH100 Vampire puis en 1957 et 58 par les Ouragon et Fouga Magister.


Ci-dessus, en 1958, le Bristol Freighter 12748 F-OAUJ appartenant sans doute à la cie Gyrafrique, avion civil mais souvent utilisé pour les transports militaires.
Suite au retrait Français du Maroc, la base aérienne 708 sera dissoute le 31 mai 1961 et ses installations reprises par les Forces Aériennes Marocaines.
Les avions quitteront alors Meknès pour la base de Tours.


Interesting aviation cover with French air force Air Base 708 Meknes postmark.

dimanche 3 décembre 2017

UNE VIE AVEC LE CIEL COMME HORIZON


Aujourd'hui, pour changer un peu et à 3 semaines de Noel, un livre qui m'a été prêté par un ami comptable...


Il s'agit du livre UNE VIE AVEC LE CIEL COMME HORIZON écrit par le commandant Armand VIGUIER et publié en 2007 aux éditions de Grilles d'Or.


Né le 1er janvier 1893, Armand Viguier s'est très tôt passionné pour l'aviation. Engagé dans la cavalerie en 1913, il rejoindra l'aviation militaire en 1915 tout d'abord sur Voisin puis sur Nieuport.


Ci-dessus et ci-après quelques images tirées du livre pour illustrer cet article.
Après la victoire de 1918, Armand Viguier restera dans l'armée de l'air et sera commandant du GC III/9 de Bron lors du déclenchement du second conflit mondial.
Il sera finalement démobilisé en Août 1940 après 25 ans passés dans l'aviation.


Voila donc un livre de mémoires dans lequel vous ne trouverez pas de récits de combats aériens épiques mais plutôt des souvenirs sur les avions utilisés, la vie en escadrilles et surtout les nombreux précurseurs et as de l'aviation rencontrés et côtoyés.
Petit point d'intérêt supplémentaire pour nous Rhône-Alpins, les souvenirs sur la base de Bron en 1940.


Bref, voilà un livre de souvenirs emprunt de nostalgie qui se lit d'une traite et qui nous permêt de découvrir une époque pas si lointaine mais totalement révolue.
Le commandant Armand Viguier s'est éteint le 22 décembre 1985 à Roanne à l'age de 94 ans.

samedi 25 novembre 2017

OPERATION TURKENKREUZ




Afin de poursuivre dans le centenaire de la 1ère guerre mondiale, j'ai profité du cachet du 11 novembre 2017 pour commémorer le centième anniversaire de l'opération Türkenkreuz, le 1er blitz Londonien de 1917...


Ci-dessus, ma première enveloppe Turkenkreuz ornée du profil du Gotha G.V 930/16 et du cachet centenaire de la 1ère guerre mondiale 2017 de Chambéry.


Ci-dessus, carte postale bien connue montrant le Gotha G.V 930/16 exposé à Dunkerque après avoir été abattu près de Zuydcoote dans la nuit du 25 janvier 1918.
Ci-dessous, le profil que j'en ai réalisé pour mes enveloppes.


Fin 1916, avec la mise en service du Gotha G.IV, bombardier bimoteur capable de voler 6 heures à la vitesse de 120 km/h chargé de 500 Kgs de bombes, l'Allemagne décide de lancer les 1ers raids stratégiques sur Londres  et l'Angleterre.
L'escade Kagohl 3 est donc créée dans la région de Gand en Belgique occupée, à moins de 300 Kms de Londres.


Le 1er raid aura lieu le 25 mai 1917 avec 21 Gotha G.IV, mais, du fait des conditions météo, les avions n'iront pas jusqu'à Londres et bombarderont le sud-est de l'Angleterre.


Le 3eme raid rassemblant 21 Gotha le 13 juin 1917 sera le 1er raid sur Londres et le plus meurtrier, faisant 162 morts (dont 18 enfants tués dans une école ) et 432 blessés.
Une des principales causes de mortalité était la curiosité des Londoniens qui se précipitaient dans la rue pour assister au spectacle, il est vrai, extraordinaire ! 
Cette habitude disparaîtra rapidement...


Ci-dessus, enveloppe Turkenkreuz n°2 portant le profil du Gotha G.IV 407/16.

L'escadre Kaghol 3 effectuera seulement 8 raids de jour entre mai et aôut 2017 ( soit environ 2 raids par mois ! ) avant de passer aux raids nocturnes à compter du 3 septembre 1917.
Elle effectuera ensuite jusqu'au 19 mai 1918 une vingtaine de raids nocturnes, épaulée à partir de décembre 1917 par les avions géants Zeppelin-Staaken du RFA 501.


Plus que la défense Anglaise, la principale contrainte rencontrée par les Allemands sera la météo.
Ainsi, le 18 août 1917, lors du plus important raid diurne mené par 28 Gotha, le mauvais temps conduira à l'annulation de la mission à peine la côte Anglaise franchie et 6 avions seront détruits à l'atterrissage.


Plus haut, mon enveloppe Turkenkreuz n°3 Zeppelin Staaken  et ci-dessus et ci-dessous, image et profil du Zeppelin-Staaken R30/16 du RFA 501.


Avec l'obligation de reprendre les bombardements tactiques pour accompagner les offensives Allemandes du printemps 1918, la dernière mission Turkenkreuz aura lieu dans la nuit du 19 au 20 mai 1918 et rassemblera pas moins de 38 Gotha et 3 Riesenflugzeug. 7 avions seront abattus par la défense aérienne et la chasse de nuit.


Pendant l'opération Turkenkreuz, au total une trentaine de raids aériens auront été menés par le Kaghol 3 entre le 25 mai 1917 et le 19 mai 1918. 112 tonnes de bombes ont été larguées tuant 835 personnes et en blessant 1972 et 62 avons ont été perdus.
Très inégaux et confrontés à d'énormes problèmes, ces raids préfigurent néanmoins les blitz de 1940/41.
A noter que les Zeppelin-Staaken R.VI seront les plus gros avions militaires Allemands à jamais survoler Londres !


2017 aviation philatelic covers for operation Turkenkreuz WW1 air raids over London centenary.

vendredi 17 novembre 2017

DISSOLUTION EC 70



Ayant découvert la dissolution de l'Escadron de Convoyage 70 intervenue le 7 juillet dernier en lisant la revue Air fan, je me décide à présenter une belle enveloppe de Chateaudun datée de 1971.


Ci-dessus, enveloppe souvenir de la journée portes ouvertes de l'ex BA 279 du 13 juin 1971. Le cachet de cette JPO reprenait dans ses grandes lignes l'insigne de l'escadron 70.
Héritier des sections de convoyage des EAA 301 et EAA 601, l'Escadron de Convoyage EC 70 a été officiellement créé le 1er juillet 1964 sur la base aérienne 279.


Ci-dessus, le MH 1521 Broussard n°315 70-MG photographié en 1976.
Suite à la dissolution de l'EC 70 le 7 juillet 2017, la gestion des convoyages aériens a été reprise par la BAAC de Mérignac.
La disparition de cet escadron, certes modeste, méritait bien ce petit article.
Ayant présenté ma seule et unique photo d'un avion de l'EC 70, si certains lecteurs ont des photos à partager, je serais heureux de les rajouter à cet article.

samedi 11 novembre 2017

CHAMBERY 2017



Comme chaque année, j'ai effectué ce 11 novembre mon '' pèlerinage '' à Chambéry pour la Journée régionale de philatélie 2017 afin de bénéficier du cachet centenaire de la 1ère guerre mondiale 1917-2017.


J'avais bien sur préparé une tonne d'enveloppes aéronautiques à affranchir dont ci-dessus, mon enveloppe spéciale Journée de la philatélie.
1917 étant l'année de décès de l'as Georges Guynemer, j'ai orné cette enveloppe du SPAD 7 S132 de l'as.


Ci-dessus, la photo du SPAD 7 n°132 de Guynemer découverte il y a fort longtemps chez un bouquiniste Lyonnais. A ma connaissance, peu d'images du S132 existent.



Ci-dessus, comme en 2016, un MTAM était mis en vente par le club philatélique de Savoie au prix tout à fait raisonnable de 2 €.


Ci-dessus, une vue générale du salon avec, en bas, le stand du CPS et le bureau postal où l'on aperçoit M. Peyrachon ''aux cachets'' que j'ai encore beaucoup sollicité cette année et que je remercie.


Ci-dessus, belle boite aux lettres d'époque prévue pour l'envoi du courrier.
Encore merci au Club Philatélique de Savoie pour nous proposer un bureau temporaire en prise directe avec le centenaire de la 1ère guerre mondiale.
Félicitations et à l'année prochaine...


Pour finir, je complête cet article avec ci-dessus une enveloppe SPAD ayant réellement circulé par la poste.


vendredi 3 novembre 2017

SE 212 DURANDAL 60 ANS




Les années 1956 à 1958 ayant été riches en prototypes divers pour l'aviation militaire Française, j'avais prévu une série 60eme anniversaire des prototypes que j'aurais affranchi lors des meetings nationaux 2016 - 2018.
Malheureusement, par manque de temps, je me suis arreté à ma 1ere et seule enveloppe que je présente aujourd'hui : le SE 212 DURANDAL.


Ci-dessus, enveloppe oblitérée sur le meeting d'Avord 2016 afin de commémorer le 60eme anniversaire du 1er vol effectué par le SNCASE  212 Durandal en 1956.
Dans le but de produire un intercepteur rapide pour l'armée de l'air, plusieurs programmes aéronautiques seront lancés à partir de 1950.
Ces programmes mettront en concurrence entre autres les Dassault MD550, SO 9050 Trident II, Nord 1500 Griffon etc...


La SNCASE proposera quant à elle le SE 212 Durandal équipé d'un réacteur ATAR G3 et d'une fusée SEPR.
Le 1er prototype du Durandal, immatriculé F-ZWUC, effectuera son 1er vol le 20/04/1956. Il atteindra la vitesse de Mach 1.57 et une altitude de 11800 m.
Son seul armement prévu était un unique missile air-air Matra R511.


Un second prototype immatriculé F-ZWUD, volera en 1957 équipé d'une fusée plus puissante, mais le choix de l'armée de l'air s'étant porté sur le Dassault MD550, le programme Durandal s'arrêtera en 1958.
Le Dassault MD550, beaucoup plus conventionnel, donnera naissance à la grande famille des Mirage...
Envelope souvenir for the 60th anniversary of SE 212 Durandal fiest flight.